L’acceptation est une étape obligatoire pour se remettre d’une séparation, d’un divorce. Elle se décline en deux étapes. En premier lieu, il est nécessaire de travailler sur l’acceptation de la fin de notre mariage, de notre vie commune. En deuxième lieu,  la seconde étape  consiste à accepter ce qu’est notre vie maintenant, dans le présent. Cette seconde étape, peut être surmontée avec succès, mais elle  semble être la plus difficile.

L’acceptation du fait indéniable que notre mariage/relation est terminée doit être pleinement intégrée dans notre psyché pour que nous soyons en mesure de créer une nouvelle vie. Nous avons besoin de regarder en arrière sur notre relation et voir exactement où nous avons confondu ce qui s’est réellement passé avec notre interprétation personnelle. Trop souvent, nos interprétations des événements de la relation sont tout simplement erronés, pas fondés, faux. Nos maux profonds ont tendance à obscurcir notre réflexion et à limiter notre point de vue.

Voici un exercice que vous pouvez faire pour commencer votre guérison. Prenez un morceau de papier avec deux colonnes : l’une énumérant les faits concrets et objectifs qui ont conduit à l’effondrement de votre relation de et l’autre votre interprétation de ces faits. Par exemple, le fait aurait pu être que vous et votre mari aviez des idées différentes sur l’utilisation de l’argent. Votre interprétation de ce fait peut-être que votre ex était incroyablement radin. Mettez en face les faits concrets sans permettre à vos opinions personnelles de vous embrouiller.

De séparer les faits de nos interprétations biaisées va nous permettre de cesser de blâmer notre Ex et d’apaiser nos ressentiments. Nous allons aussi apprendre à voir que toute relation, peu importe ce qui peut avoir eu lieu, est le produit de deux personnes, une création mutuelle. Même si l’un des partenaires a été infidèle ou pas correct, nous devons aussi arriver à ressortir notre propre responsabilité dans l’effondrement de la relation. C’est seulement lorsque nous pouvons cesser de blâmer et que nous sommes capables de prendre notre part de responsabilité que nous reprenons notre pouvoir et notre capacité à aller de l’avant. Si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes, nous savons où nous aurions pu faire les choses différemment.

Maintenant vient l’étape encore plus difficile dans l’acceptation : L’acceptation de notre nouvelle vie. Une fois le fait acquis que nous sommes séparés/divorcés, la réalité se dresse brutalement. Nous commençons vraiment à comprendre ce que notre vie va être maintenant, seul(e), sans un partenaire. Trop souvent, nous réagissons par la peur, la colère et le ressentiment.

Parmi les problèmes auxquels on se heurte, le numéro un semble être les responsabilités au jour le jour concernant les enfants. Pourquoi suis-je celle/celui qui doit faire face à tout alors qu’il/elle arrive à jouer avec eux chaque week-end ? Je dois tout faire : l’école, les devoirs, la discipline, le médecin, le dentiste, les rendez-vous, les courses, la cuisine, le ménage… puis papa/maman se montre une fois par semaine et chaque week-end pour le plaisir, les jeux. Cette situation est injuste. Et ainsi de suite. Plus de sortie régulières, pas de plan pour les vacances…

C’est là que les vrais défis se posent et c’est l’occasion d’apprendre davantage sur ses réserves cachées, sa force. Il ne fait aucun doute que c’est difficile et que ça semble injuste. Mais devinez quoi ? Telle est la véritable nature de la vie. La vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille, bien au contraire. La vie est chaotique, en constante évolution et souvent pas à notre goût. La vie n’est pas toujours juste. Nous ne pouvons pas contrôler la façon dont elle se jette sur nous. Oui, cependant,nous pouvons contrôler la façon dont nous choisissons de la manipuler. C’est un fait de vie que nous devons accepter.

Que faire ? Il y a de vrais choix en face de vous. Vous pouvez continuer à vous battre contre la réalité, une réalité que vous ne pouvez pas changer. Vous pouvez résister à la réalité, maintenir vos pensées et continuer de souffrir infiniment. Vous pouvez rester enraciné(e) dans votre passé, un passé qui n’existe plus, et vivre dans ce passé qui n’est que douleur, culpabilité et ressentiment. Dans ce cas, plutôt envisager de vous cogner la tête contre un mur, parce que c’est exactement ce que vous allez faire.

Autre choix possible, c’est d’accepter ce nouveau paysage. Et, logiquement, de nouvelles possibilités s’ouvriront à vous. N’est-il pas plus facile de nager dans le sens des courants.

Cela étant dit, commencez à établir des priorités. Peut être que la maison ne sera plus super clean ; peut-être qu’il n’y aura pas des repas cuisinés tous les soir…, Ce qui est vraiment important ? L’amour, le bien-être.

Les possibilités abondent mais ca peut être difficile de les voir. Il n’empêche que vous pouvez soit aller dans le sens du courant ou décider de vous noyer dans l’apitoiement. C’est une question de choix. La réponse peut prendre beaucoup de temps, énormément d’efforts et de combat. Mais, on le sait tous, réaliser quelque chose de valable dans la vie demande obligatoirement du temps et des efforts.